Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Toque(s)

Pas de recette de cuisine, ce soir, mais quelques lignes sur deux livres que je pratique, enfin que nous pratiquons assidument. 

Le premier est le célèbre Mon Bouquin de Cuisine par Françoise Burgaud. Ce livre peut-être vu comme une bible ou une encyclopédie - suivant le degré de rationalisme du lecteur/cuisinier - de la cuisine française. Le (petit) format y incite. Il se relève en définitive très pratique, y compris dans le chantier de la pièce de cuisine (la farine pulvérulente adhère assez peu à ses pages). Tous les plats et spécialités, tant en entrées qu’en main course ou en dessert, sont passés en revue. Pas de nouvelle cuisine, ici, mais de la tradition française ; ce qui ne veut pas dire que seules des recettes au rabais sont traitées, au contraire. Les quatre-vingt première pages sont une belle introduction à la suite car elles renferment un lexique, quelques évidences utiles (« bons achats, bonne cuisine ») et de précieuses réflexions sur les techniques de cuisson. Les recettes sont présentées par ordre alphabétique et non par thématiques (contrairement à l’index général ; le croisement des deux est donc très utile). A l’usage, je trouve que ce livre est très précis sur les proportions et sur la difficulté de réalisation. On sait toujours dans quoi on s’embarque. Pas de chichis puisqu’il y a ni photo ni dessin. Seul prime la clarté d’explication de la recette. C’est, je crois, le livre à offrir à une jeune ménagère (ou un jeune…, comment dit on, d’ailleurs ?) en début d’activité en cuisine (pour sortir doucement de l’avocat-miettes-de-crabe-mayonnaise, poisson-pané, riz-au-curry, bananes-flambées).

Le second est le célébrissime La Cuillère d’Argent publié par Phaïdon à l’automne dernier. C’est la traduction en français d’un classique (et best-seller) de la cuisine italienne qui regroupe 2000 recettes. Quelques photos, format A4 relié mais très pratique à utiliser (deux marques pages en tissus !). Les explications sont très brèves (comme la majorité des recettes). Pour chacune, le nom en italien est précisé. Ce livre vise à l’exhaustivité. Il est impossible de ne pas trouver une recette pour utiliser (astucieusement) les œufs-qui-trainent-dans-le-frigo. Toutes les recettes ne réclament pas d’investir massivement dans les spécialités italiennes et donc de se ruiner à l’épicerie du coin. Toutes les préparations testées par nos soins tiennent, jusqu’ici, la route. L. a noté, le 19 janvier dernier, en face de  la crema di sedano (crème de céleri), un euphorique : « délicieux ! A accompagner d’une viande.»

Commentaires

  • Pour les jeunes ménagères (et leur équivalent masculin !) je conseille également deux sites internet où l'on peut trouver plein de bonnes idées : http://www.marmiton.org et http://www.linternaute.com/femmes/cuisine/

  • Merci Charlotte,
    nous en prenons bonne note.
    D.

  • je confirme pour la Cuillère d'Argent, livre offert par ma môman à mon père, qui depuis se déchaîne (déjà qu'il était plus que doué!): très bien fait, beau (lourd, aussi: ne pas le faire tomber sur le pied de sa petite soeur), astucieux...

  • oui, remarquable!
    D.

Les commentaires sont fermés.