Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Trois jours d'été

Week-end studieux veut dire chez nous autres, grenoblois, un week-end de détente à la montagne. Samedi matin, courte randonnée (500m de dénivellé positif) pour tester mes nouvelles chaussures de randonnée. Traditionnellement, l’usage veut que je monte à la Dent de Crolles, un fameux sommet près de chez nous, pour baptiser ces pantoufles d’altitude. Le temps était parfait, bien que le vent très fort au sommet (et il ne faisait pas chaud sous les rafales de vent du sud). Pas un chat, j’ai croisé les montées de touristes au retour, un peu au-dessous du pas de l’Oeille, du nom de ce curieux rocher qui a résisté aux tempêtes et à l’érosion. Au sommet, la vue est l’une des plus belles de Chartreuse, immensément vaste et sans limite. Bon, les chaussures sont très bien, le chaussant précis, coque pas trop rigide, technicité du laçage et bonne protection du dessus de pieds. Le lendemain, petite montée au-dessus de la station plus ou moins à l’abandon de Saint-Honoré, au-dessus de la Mure. La moitié des bâtiments est en ruine ; on se croirait dans une station soviétique à la fin des années quatre-vingts. La vue, là-haut, est gigantesque, face au Vercors, le Trièves, etc. Petit vent frais (encore) mais grosse chaleur dans la cuvette. Avant le feu d’artifice (pas mal) de samedi soir, nous avons eu le temps de faire quelques minutes de vélo, dans la ville déserte, immobile et lasse, après un apéritif de fin de journée. Une petite pensée pour nos héros ; à l’heure du sarkozysme cyclo-polnarevien, il ne faut pas les oublier.

Ce faisant, les vacances approchent : une petite semaine à Paris pour fouler les blés couchés et humer l’odeur des chaumes.

Commentaires

  • de mon côté, j'ai encore complètement raté mes photos de feu d'artifice... j'ai pourtant une fonctin spéciale sur ma petite bestiole, qui est définitivement faite pour photographier des archives et non des réjouissances populaires! je l'ai trop bien dressée...

    Ici à Paris, pas encore de 36°. un petit 32 dimanche, très supportable, vite retombé avec le soir. Sinon, de la pluie, un peu de vent... plus envie de prendre des apéros que de faire de la thèse. soupir...

  • Peut-être que la fonction "feu d'artifice" de votre appareil commande une vitesse d'obturation un peu trop lente (typiquement inférieure à 1/30ième de seconde) ce qui introduit quelques flous sur l'image (lorsque l'appareil n'est pas solidement lié au sol (enfin, sauf au Japon en ce moment)).
    Courage pour la fabrication de votre thèse !
    D.

Les commentaires sont fermés.