Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poisson d'ici

Une petite recette, au nom ronflant, pour éblouir ma belle adorée (qui ne fut pas dupe) : filet de daurade, jus de tomates, céréales du soleil, salade de mâche aux noix du Dauphiné.

On peut remplacer le filet de daurade par un pavé de poisson (blanc) de chez Picard (enfin, ce serait dommage). Ici, le filet est poêlé à l’unilatéral (ça aussi, c’est pour impressionner !). Le « jus de tomates » n’est pas un concentré de conserve. Il s’agit de tomates revenues dans l’huile d’olives avec deux ou trois gousses d’ail, de la poitrine de porc coupée en gros dés, un oignon, du poivre (Spirit of fire (from Alinea)), quelques graines de cumin et autant de fenouil. Le tout mijote jusqu’à destruction (presque) totale de toute structure identifiable (sauf la phase liquide). La ruse, pour avoir un aspect velouté, est de passer la décoction au chinois. Le mélange lard/poisson est divin et bien connu des gastronomes. Les céréales ne sont pas home made mais sont issus d’une préparation commerciale, pas mauvaise, mais qui « sent » un peu trop le rehausseur de goût ! Sorry

Tout cela pour me faire pardonner d’avoir été absorbé tout le week-end par la lecture. Je n’ai pas osé lui dire que c’était un plat coréen…

Commentaires

  • Evidemment, c'est un sacerdoce, entre une daurade, une belle adorée, et une Corée absente, donc on vous pardonne!

    Bonne soirée!

  • Merci, vous êtes bien aimable :)
    Bonne soirée ! D.

  • Putain ! je suis bien content de ne pas vivre avec vous (en dehors de tout aspect sexuel) : elle doit être bien trop cuite votre dau(o)rade !

  • non, elle était parfaite !
    Vous prenez pour un thon, ou quoi ?
    D.

  • Bon, oh ! ça va, je disais ça pour rire...

  • Eh ! moi itou !

Les commentaires sont fermés.