Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un poulet de moins

Après un culottage (*) dans les règles de l’art, nous avons pu inaugurer notre belle cocotte en fonte par un beau poulet basquaise. Notre gentil petit boucher (« Claude ») nous a régalé de son magnifique gallinacé des Landes (Saint-Sever), Label Rouge, etc. On s’étonne, après avoir fréquenté le poulet de batterie à la mode de la restauration en collectivité, qu’une viande blanche puisse rester ferme, collée à l’os, gouteuse à souhait !

La fonte a une très forte conductivité thermique (c’est le carbone dans l’acier), ce qui permet, à partir d’un point de chauffage unique de répartir uniformément la chaleur sur la surface de cuisson. Le système (breveté) du fabricant S…. condense la vapeur (dégagée lors de la cuisson) par de judicieux petits picots disposés sous le couvercle, entretenant ainsi le cycle eau-vapeur à souhait (une vraie petite machine thermodynamique). Résultat: la cuisson est rapide (on est assez loin des conditions ces CNTP) mais douce puisqu’il n’y a pas besoin de chauffer à fond pour bien cuire !

(*) En cuisine, action de saturer finement les pores de la fonte par l’application d’une fine couche de matière grasse (ici de l’huile) et en montant la température. C’est un processus diffusif qui a donc besoin d’une certaine énergie pour s’activer (typiquement Ea= 4.5eV), sinon y passe la "vie des rats".

Commentaires

  • À la description que vous en faites, j'ai l'impression que l'Irremplaçable a exactement la même (de cocotte) : on devrait organier un grand concours de poulet basquaise entre vous, façon Intervilles...

  • Chiche ?
    D.

  • En tant que juge impartiale, je me propose pour goûter.

  • moi je veux bien participer... non en fait je veux bien proposer à ma grand-mère de participer, elle a ses chances et une vieille cocotte en fonte de l'avant guerre (si si elle est datée) pour réussir !

    bonne soirée

  • Bon allez, d'accord pour la grand-mère de Camille et Mlle Elise sera notre juge.
    Je propose qu'on commence le concours pas un "boeuf mode".
    Qu'en dites vous Chères cuisinières ?
    D.

  • Dommage qu'en cette saison vous ne puissiez utiliser des piments doux ( http://www.bipereztia.com/ ) ! mais ça a quand même l'air très bon :)

  • Alors alors on goûte quand?

  • > Bonjour M. Jérôme V.
    Merci de vos conseils et de ce lien.
    A bientôt,
    D.

    > Elise: vous êtes le juge, à vous de donner le top départ.

  • Ah c'est une compète virtuelle :-( ...

  • Hélas ! Il faudra attendre le web 3.0 pour sentir l'odeur du boeuf mode à travers le clavier de votre ordinateur.
    Rassurez-vous, ce n'est pas une utopie: on y travaille !
    Bonne soirée
    D.

  • Ah mais je crois bien; de nos jours, on voit de tout ;-) !

Les commentaires sont fermés.