Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une certaine réalité.

"Dix-sept kilos et demi de résine de cannabis et 3 920 euros. Voilà ce que les policiers de la brigade anticriminalité de Grenoble avaient découvert dans une Peugeot 207 circulant sur l’A480 et que les trajectoires avaient intrigué le 30 avril dernier. À bord du véhicule, Hichem Cheribet et Wail Sid avaient eu du mal à expliquer la présence de cette importante quantité de haschich contenue dans un carton d’aspirateur posé dans le coffre.

Tous les deux avaient nié, au cours de leur garde à vue, connaître l’existence de cette cargaison gênante. Tout juste avaient-ils expliqué être allé à Lyon où « on avait dû mettre des choses dans le coffre » à leur insu. Un voyage pour effacer une dette. Hier, à la barre du tribunal correctionnel de Grenoble devant lequel ils comparaissaient détenus, les deux hommes visiblement crispés en ont dit un peu plus. Mais pas trop… Hichem Cheribet a expliqué avoir accompagné son ami Wail Sid à Lyon à la demande de ce dernier.

Là, il avait vu un homme lui donner de l’argent et mettre un paquet dans le coffre sans en connaître le contenu. Wail Sid, quant à lui, a finalement expliqué s’être mis à consommer de la résine de cannabis après une agression dont il a été victime et qui aurait brisé ses rêves de carrière de sportif de haut niveau. Une consommation qui lui aurait fait accumuler une dette d’un millier d’euros. Pour la rembourser, il aurait été contraint d’effectuer ce “voyage” à Lyon. « Les personnes qui tirent profit de ce genre de trafic sont toujours dans l’ombre et utilisent des gens comme vous », a concédé le président.

Les deux hommes maintenus en détention

« Ce ne sont pas des délinquants chevronnés », a ajouté la représentante du ministère public à propos de ces deux hommes aux casiers judiciaires peu épais mais « à qui l’ont reproche des faits graves ». « Ils ne sont certes pas à la tête d’un trafic mais à un niveau suffisamment sérieux pour avoir 17,510 kg de résine de cannabis entre les mains », a-t-elle poursuivi avant de requérir deux ans d’emprisonnement à l’encontre des deux prévenus.

« Il n’y a pas d’élément objectif », a lancé Me Girault à propos des faits reprochés à Hichem Cheribet dont il assurait la défense et qui, selon lui, ne connaissait pas le but du voyage à Lyon entrepris par son ami. Et l’avocat d’appeler le tribunal laisser son client « passer son Bac pro ». Placé en détention provisoire, ce dernier n’avait en effet pas pu se présenter aux épreuves en juin dernier. Me Gallo, qui défendait Wail Sid, a pour sa part cherché à minimiser l’importance de son client pour qui il n’a pas caché sa peur. « On peut espérer pour lui. Il mérite d’être sauvé », a-t-il conclu. Wail Sid et Hichem Cheribet ont finalement été reconnus coupable des faits qui leur étaient reprochés. Les deux hommes ont été condamnés à dix-huit mois d’emprisonnement assortis, pour le premier, de six mois avec sursis et, pour le second, de six mois avec sursis mise à l’épreuve." (Dauphiné Libéré de ce jour).

Peu de commentaires à apporter sauf qu'au Dauphiné Liberé on n'hésite pas à appeler un chat un chat, ce qui simplifie la lecture entre les lignes et les conclusions à tirer.

Les commentaires sont fermés.