Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une soirée en musique

     

    Quatuor Johannes, Seyssins, église Saint Martin, 16 octobre.

    Ce fut, comme souvent à Seyssins, un très beau moment. Peu importe que  l’andante cantabile du quatuor n°5 de l’opus 18  de Beethoven ne fut pas joué (le second violon étant indisposé), il se dégageait de ce beau programme (Haydn, opus 77 n°1 et n°3, n°5 de l’opus 18 de Beethoven) une grande énergie, un beau son et une grande harmonie. Le quatuor de Haydn est sans aucun l’un des plus beaux qui soit, que je fredonne souvent. Il redonne allant et bonheur aux jours les plus tristes. L’opus 18 de Beethoven n’est pas mon préféré mais il y a déjà de grandes idées. Bien que ces trois œuvres soient proches dans leur date d’écriture, elles correspondent assez bien à l’idée de l’avancée (inexorable) du temps en musique.

  • Némesis

    nemesis.jpg

    (je commence à peine, mais c'est déjà passionnant)

    ((et quel titre !))