Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Boulez & la princesse de Clèves

Pierre Boulez est mort. Je l’avais vu dirigé en 2007 (?) à la MC2. Son existence (et maintenant sa vie passée) mérite qu’on s’intéresse à lui. Il pourrait être cité en exemple à qui voudrait s’intéresser à la musique. Il faut à l’auditeur inculte ou ignare, mais soucieux d’en connaitre un peu plus, gravir les échelons un à un pour, un jour, apprécier la musique écrite par le Maître (Pli selon Pli, le très beau Marteau sans maître, etc.) Ce n’est pas facile, mais cela vaut la peine de vivre, comme tout le reste en matière artistique. Hier soir (à la MC2, toujours), j’ai assisté à la seconde partie du marathon théâtral de la représentation, sans exemple antérieur, à ma connaissance, de La Princesse de Clèves mise en scène par Magali Montoya. Les personnages sont joués alternativement par des femmes (sauf Madame de Clèves, jouée uniquement par Bénédicte Le Lamer). Une peintre improvise en direct sur le plateau de la représentation, tout comme un talentueux guitariste. Malgré la durée du spectacle (4 heures et 3 heures, y compris les entractes) il n’y a aucune longueur, et encore moins de langueur. Seule la pauvre Madame de Clèves meurt de langueur, et de tristesse, retirée de tous et de son cher Nemours. Texte de la folie d’aimer et d’être aimé, du mariage et de ses obligations. La performance d’acteurs (des actrices, en l’occurrence) est stupéfiante. Comment font-elles pour retenir un texte aussi long ? Mystère. La langue est, bien entendu, d’une grande pureté portée par le style le plus soyeux de notre histoire littéraire. On rêverait de parler aux femmes ainsi. L’idée de faire jouer tous les personnages par des femmes est riche. L’interprétation et la mise en scène sans chichis, centrées sur le texte sont fluides comme les larmes de la belle blonde. Il y a de purs moments de bonheur (ceux-là même où notre esprit est tout entier au théâtre, où notre médiocre vie a disparu). On est comme porté par une vague, lente et somptueuse. J’avais beaucoup aimé le texte en le lisant ; j’aurais bien du plaisir à m’y replonger (mais il y a tant et tant à lire). Toutes les actrices ont des voix d’une rare beauté, tour à tour chantante, ferme ou douce. Magali Montoya dégage un profond charisme ; on la sent meneuse de troupe, ce qui est de bon aloi pour une metteuse en scène. Plusieurs fois, j’ai senti sont regard doux et accompagnant se poser sur ses actrices. Oui, un très beau moment. Je suis toujours étonné des réactions du public. Hier soir, un bonhomme s’esclaffait à chaque réplique. Ce n’est pourtant pas une pièce cocasse ou qui donne envie de se tordre de rire. Les gens n’ont pas de surmoi, ils se comportent dehors comme ils sont devant leur téléviseur. Avant-hier, pour la première soirée, une petite peste, lycéenne ou étudiante, passait tout son temps à se tortiller sur son siège, celui-ci n’arrêtant pas de couiner. Mais son parfum était très agréable.

Commentaires

  • PEINTRE sous l'impulsion du jeu et sous le regard du public - 28 min
    Invitation à «goûter » à une production picturale « dramatique ».

    GENÈSE :
    Je suis l’artiste peintre « LIVE » sur le spectacle - La Princesse de Clèves.

    UN PEINTRE SUR SCÈNE : STREAMING ? CAPRICE ? PEINTRE DE MONTMARTRE ? TRANSFORMATION ? DÉCALAGE ? MISE À DISTANCE ? Etc.
    Pourquoi un peintre sur le plateau ? Cette question trouve sa réponse dans l’expérience que vit le spectateur au cours de la performance multiple qui restera par définition une épreuve où l’on dépasse ses limites physiques, intellectuelles et sensorielles. De cette performance temporelle se profile l’expression d’un « marathon » en ligne de crête sur un horizon tant littéraire que dramaturgique, ludique, humain au féminin, charnu, musical et pictural.
    Une femme m’a confié entre deux actes : " Vos images apparaissent puis disparaissent comme les sentiments le feraient. Vous commencez quelque chose qui se transforme au gré d’infimes intuitions primitives. La sensualité de la trace, la lenteur de votre geste et l’éclat des couleurs nous régalent. C’est un festin ! ". Il y a eu quelques personnes qui ont été particulièrement touchées par cet élément inédit du dispositif spectaculaire et m'en ont fait part avec beaucoup de chaleur.
    L’on peut être déjà surpris de voir les images apparaître mais surtout surpris de me voir poursuivre et transformer à vue ce qui semblait achevé.
    La magie non pas du mouvement mais de la transformation invite le spectateur à se déplacer et à changer de point de vue, tels l’ethnologue et le voyageur. De ce déplacement de point de vue, j’offre au spectateur de façon subliminale, un réceptacle aux projections souvent collectives mais parfois sauvages et animales pour laisser la place à la représentation par une peinture d’un état émotionnel libéré au-delà de ce qui est dit.

    L’IMAGINATION COMME SUJET D’OBSERVATION :
    L’expérience chaque soir renouvelée pour le plaisir des comédiennes, du public et aussi de moi-même, l’expérience de la transformation met à distance le sujet ému par la fascinante puissance surnaturelle du dispositif. Chaque soir je résiste à ce qui m’est dicté de ressentir et je dissèque le phénomène de mes projections à la fois familières, étrangères et secrètes. Et chacun y apercevra ce qu’il cherche.

    *Remerciements à Jean Caune pour son analyse dans l'article dans "Roman-Récit : Enjeu artistique"
    LIEN VERS SON ANALYSE : affiniteelective wordpress com

  • LIEN VERS LE FILM 28 min
    "PEINTRE sous l'impulsion du jeu et sous le regard du public '
    https://youtu.be/uRO9rp-YDUw

  • Merci pour ces précieux ajouts.

Écrire un commentaire

Optionnel